Potager biologique 2009

Logo Oiseau
Mars

Jardin en Mars 2009

Nous n’avons pas eu le temps de travailler notre petit jardin en 2008, c’est donc un espace rempli d’adventices diverses que nous retrouvons ce printemps.
Nous redessinons l’espace de culture et supprimons toutes les allées intérieures qui compliquent sérieusement l’entretien.
Ensuite, nous ceinturons cet espace avec des bordures en ciment afin d’éviter que la terre se retrouve dans les allées de circulation.

Nous profitons des premières belles journées pour attaquer la remise en état.
Bien que nous ayons acheté une motobineuse (Honda FG201) en 2007, c’est avec des outils beaucoup plus écologiques que nous commençons ce travail de préparation du sol (grelinette à trois dents et griffe à trois dents).

Outils

Nous avons choisi de travailler la terre sans retournement, afin de respecter l’ordre et la vie des différentes couches du sol. Par ailleurs, il est intéressant de connaître la composition du sol, et bien sûr, celle du sol de son propre jardin.

Nous sommes déjà fin mars, le travail de préparation du sol est quasiment achevé.
Côté plantes : taille de la lavande et de la sauge; sauvetage d’un reste de thym. Le laurier sauce a encore pas mal gelé, il faudra, pour l’hiver prochain, prévoir un voile d’hivernage en protection.
La menthe commence à repartir et les deux plans de consoude ont déjà des feuilles de 5 à 6 cm.
Côté plantations : division du plan de ciboulette, transplantation du plan d’oseille dans un angle et mise en place de deux plans de rhubarbe.

 

Logo Arrosoir
Avril

Jardin en 2009 3

De retour de Sidi Bou Saïd en Tunisie où les géraniums sont déjà en fleurs, nous constatons que la technique du « faux semis » a fonctionné.
Le « faux semis » ? : C’est une technique simple qui consiste à préparer son potager comme si l’on allait semer, puis de le laisser tranquille une petite quinzaine. Il suffit ensuite de sarcler les adventices qui ont germé et poussé, soit à la main, soit en passant superficiellement la motobineuse. Cette technique permet de faire le plus gros du nettoyage avant les plantations.
Les deux plans de consoude se sont bien développés, nous pouvons envisager une première récolte d’ici une quinzaine pour aider les futures plantations.

Mini serre

Côté plantations,le 27 avril, nous avons mis dans une mini serre rigide (Jany Flore L 52cm x l 42cm x h 24cm) des graines de Courge Muscade et de Potimarron (Le potimarron est une variété de potiron. C’est certainement le potiron le plus apprécié pour sa chair au bon gout de marron et sa culture assez facile.). Habituellement, nous semons en pleine terre, nous pensons ainsi gagner un peu de temps.

Dans notre Haut Beaujolais à 600m d’altitude, les plantations s’effectuent vers le 10 mai, en respectant prudemment la période dite de « la lune rousse » (La lune rousse est la lunaison après Pâques, une période où, lors de nuits sans nuages, il y a des risques de gelées qui font roussir les jeunes pousses des plantes) et celle des « saints de glace » (Les saints de glace sont traditionnellement fêtés les 11, 12 et 13 mai de chaque année. D’après les croyances populaires d’Europe, au nord de la mer Méditerranée, Saint Mamert, Saint Pancrace et Saint Servais sont ainsi implorés par les agriculteurs et mis à contribution pour éviter l’effet sur les plantations d’une baisse de la température qui s’observe à cette période et qui peut amener une période de gel.).
Donc dans le doute…

Le 30 avril, nous mettons en place deux rangs d’oignons jaunes.

 

Logo Bio
Mai

Nous voici déjà en mai !

Il est temps de préparer les fertilisants pour les plantations à venir.

Pour commencer, nous préparons le purin d’ortie qui sert pratiquement tout au long de la saison (pour activer le compost, arroser ou traiter les plantations).
Nous en refaisons dès que nécessaire par poubelle de 30 litres.

Compost

Nous démontons le composteur dont les côtés s’écartent et se désunissent doucement au fil du temps sous la pression intérieure des déchets organiques, c’est l’occasion de récupérer du compost mûr, de brasser le reste et de remettre le composteur d’aplomb.
Nous en profitons également pour ajouter une bonne dose de fumier d’âne (3 seaux).

Broyeur

Aujourd’hui 7 mai, nous taillons les framboisiers, les caseillers (La caseille est un hybride de cassis et de groseille à maquereau) et les muriers. Les tiges sèches de l’année passée, une fois passées au broyeur, feront un bon apport de déchets organiques carbonés pour le compost.
Par ailleurs, les déchets de taille passés au broyeur peuvent servir de paillage.
Nous faisons aussi une demi douzaine de boutures de Sureau noir.

Les Saints de Glace sont passés et demain 17 mai, nous allons nous approvisionner au village en plants pour le potager.
Nous constatons que nos deux plants de Rhubarbe subissent une attaque en règle par des pucerons encadrés d’une ribambelle de fourmis. Nous arrosons au purin d’ortie, puis en fin d’après-midi, nous complétons le traitement avec une pulvérisation des feuilles touchées avec du savon noir.

Aujourd’hui 17 mai, nous mettons en place deux rangs de laitue Batavia « Dorée de printemps » et deux plants de céleri-branche ou céleri à côtes.
Les premiers plants de tomate sont achetés : un plant de Marmande et un plant de tomate jaune « Lemon Boy F1 »
Nous achetons également deux plants de poivron rouge « Lamuyo F1 », pour essai au milieu des tomates.
Nous préparons la platebande destinée à recevoir les courges et les potimarrons : fumier d’âne pur + compost, le tout mis en forme à la grelinette.
Mini serre
Les semis de graines de courge et de potimarron, faits le 27 avril dernier dans la mini-serre, commencent à sortir et à se développer. Il nous faut patienter encore un peu.

Aujourd’hui 20 mai, nous repiquons quatre plants de courgette et quatre plants de bette (blette). Nous semons aussi deux rangs de haricot nain (Nain à filets sans fil « Delinel » de Vilmorin).
Les tomates attendent pour être repiquées que nous ayons fini de bricoler leur toit de protection.

En fin de journée, ce jeudi 21 mai, un orage de grêle est passé… Heureusement, plus de peur que de mal.

Tomate

Aujourd’hui 23 mai, nous installons l’abri à tomates et préparons le sol pour la mise en place de ces dernières.

En fin d’après-midi, nous mettons en place les tomates, les poivrons et quelques œillets d’Inde.

Aujourd’hui 26 mai, nous mettons en place les courges « Muscade » et les potimarrons (nous l’espérons… car nous avons mal repéré l’emplacement des graines lors du semi dans la mini-serre.).

Platebande

Nous voici à la veille de Pentecôte, les cultures sont en place (ajout de trois rangs de haricots nains), il reste à suivre régulièrement le développement du potager.

Platebande     Platebande

Vigne

La vigne (Ampelia® Perdin) a bien débourré, les grappes de raisin sont en cours de formation.

 

Logo Bio
Juin

C’est le mois des premières récoltes, si tout se passe bien…

En ce début de mois, notre réserve de purin d’orties étant épuisée, nous fabriquons une nouvelle poubelle de 30l de purin mélangé à 1/3 d’orties et 2/3 de consoude. Si la chaleur se maintient, notre nouveau purin sera prêt d’ici une semaine.
Nous repiquons également quelques salades pour étaler la production.

De retour de notre balade du Lubéron au Piémont, nous découvrons un potager en plein développement. C’est une bonne surprise car nous avions quelques craintes…
Potager Juin 2009
Toutes nos plantations ont pris de l’ampleur, une partie des salades sont bonnes à manger ainsi que les premières bettes. Les deux plans de Rhubarbe ont doublé de volume, ainsi que les deux pieds de consoude.
Les courgettes sont en fleurs et les tomates également (quelques fruits sont formés).
Potager Juin 2009
Nous donnons un bon coup de sarclage pour éliminer les adventices qui pointent leur nez et poursuivons par un bianage général pour aérer la surface de la terre.
Ce Mardi 23 juin, nous préparons une nouvelle platebande avec la grelinette : repiquage de six plans de bette et six plans de carotte rouge. Nous semons également 3 rangs de haricots nains sur la place restante.
Potager Juin 2009
Demain, s’il ne pleut pas, nous arroserons, notamment les tomates sous abri, avec notre purin d’orties/consoude allongé d’un peu d’eau.

Le mois de Juin est essentiellement consacré au repiquage de remplacement pour obtenir une production régulière (notamment pour les salades), à la mise en place de quelques nouvelles arrivantes (carottes rouges, bettes), au suivi des pieds de tomate, de poivron, de courgette et de de courge (pincement, taille) et bien sûr, au sarclage, binage.
Nous arrosons très peu (tous les deux à trois jours), car à 600m d’altitude la fraicheur nocturne et la rosée apportent une bonne partie du nécessaire aux plantations qui développent ainsi leurs racines en profondeur.

Potager Juin 2009   Potager Juin 2009

 

Logo Bio
Juillet

Potager Juillet 2009

Voici venu le temps des récoltes. Les salades, courgettes, haricots, fraises remontantes, bettes, oseille sont régulièrement ramassés.
Les premières tomates ne devraient plus beaucoup tarder.
Nous avons fait une récolte de rhubarbe dès cette première année de plantation, bien qu’il soit conseillé de ne récolter que la seconde année. Nous avons récupéré presque 4 kg de pétioles de 3 à 4 cm d’épaisseur.

Notre réserve de purin d’ortie/consoude préparée en juin est épuisée, nous fabriquons une nouvelle poubelle de 30l de purin de consoude, afin de privilégier l’apport en potasse utile à la bonne formation et au développement des fruits et légumes.

Pour l’instant nous avons de la chance, les violents orages annoncés ont frappé tout alentour parfois accompagnés de grêle, mais en nous épargnant.

Joubarbe Juillet 2009   Joubarbe Juillet 2009

La météo est estivale, les joubarbes sont en fleurs, le potager est en pleine production. Un peu de sarclage, de binage et d’arrosage sont les principaux travaux en dehors du suivi des plans de tomates et de courges (pincement).

Potager Juillet 2009   Potager Juillet 2009

 

Logo Bio
Août

Notre théorie sur l’arrosage tous les deux ou trois jours ne semble pas convenir aux salades dont un bon tiers sont montées (elles craignent les chocs hydriques et réclament un arrosage quasi journalier).
Pour le reste, tout semble aller pour le mieux (les haricots n’ont jamais été arrosés) et une seconde récolte de rhubarbe s’annonce pour bientôt.

Potager Août 2009  Potager Août 2009  Potager Août 2009

Autour du 10 août, les potimarrons, courges et pâtissons sont formés. Sur les pieds, nous enlevons les feuilles qui leur cachent le soleil et arrosons tous les trois jours. Nous surveillons aussi l’Oïdium car les pieds de courgettes ont été sévèrement touchés.
Les premiers rangs de haricots sont épuisés, nous les arrachons et les laissons sur le sol en paillis dans l’attente de nouvelles plantations.

Céleri 08/2009

La réserve de purin de consoude est épuisée. Nous faisons une récolte de feuilles et préparons la dernière poubelle de 30 litres de purin, pour cette année. Elle permettra d’accompagner les tomates, les rhubarbes, les courges, pâtissons et potimarrons jusqu’à la fin de la récolte.
Les pieds de céleri sont nettoyés des branches autour de leur base et empaquetés avec du carton ondulé pour les faire blanchir une quinzaine de jours avant la récolte.
L’emplacement des haricots est semé avec des graines de Moutarde blanche.

Tomates 08/2009

La fin du mois d’Août approche à grands pas.
Les tomates produisent régulièrement et de manière échelonnées, les courgettes ont réduit leur production et les haricots touchent à leur fin. Les raisins arrivent doucement à maturité.
Nous arrachons un plan de courgette abimé par l’Oïdium, faisons un peu de place autour et repiquons deux douzaines de salades « Scarole ».
L’emplacement des pieds de haricots que nous avions arrachés il y a quelques jours, est semé avec des graines de Phacélie.

Déchets de taille après broyage Nous taillons au jardin d’ornement, les muriers, les rosiers, etc. La matière végétale ainsi récupérée est passée au broyeur pour venir ensuite amender le potager ou alimenter le composteur.

 

Logo Bio
Septembre

La confiture de rhubarbe

Ces premiers jours de Septembre sont accompagnés de quelques orages pas trop violents ce qui permet de réhydrater la nature. La température diurne passe rapidement de 30° à 20°.
Nous faisons la seconde récolte de Rhubarbe de la saison et préparons la confiture suivant la recette « canadienne » de Stéphane Lecuyer. Une confiture exceptionnelle, un bouquet de saveurs…

Petite fourche Revex

Dans un Agri Sud-Est, nous avons enfin trouvé l’outil pratique pour brasser et retourner le compost à l’intérieur du composteur.
Il s’agit d’une petite fourche à rosier fabriquée par Revex. Sa petite dimension associée à ses trois dents forgées et spatulées en font un outil adapté à cette tâche.
Nous en avons donc profité pour brasser notre compost et avons constaté que les lombrics étaient nombreux et en plein travail.

 

La platebande prête pour l'hiver

Nous voici en Automne… Nous ramassons les courges, potimarrons et potirons et préparons la platebande pour affronter l’hiver. Pour cela, nous passons un coup de Grelinette pour aérer la terre, un coup de râteau pour déloger les adventices qui s’étaient sournoisement installées sous le feuillage et enfin nous épandons une bonne couche de matière végétale broyée (résidus de tailles diverses) sur la surface, pour protéger la microfaune du sol et favoriser son travail.

 

Les scaroles

Les scaroles mises en place fin Août se développent bien, maintenant que les grosses chaleurs ont cessé et que la rosée matinale rafraichit le feuillage.
Nous avons achetés trois cloches à salade pour les faire blanchir au fur et à mesure de notre consommation.

 

 

Les rhubarbes en septembre

Nous sommes étonnés de la vigueur de nos plans de Rhubarbe qui vont nous offrir une troisième récolte alors que l’on lit , un peu partout, qu’il n’y a pas de récolte la première année.

 

Logo Bio
Octobre

Fraisiers Mara des Bois

Nous ramassons les céleris branches qui ont bien blanchi dans leur tube de carton et taillons l’oseille.
Nous préparons la platebande ainsi libérée pour la mise en place de 6 plans de fraisier Mara des Bois.
Préparation habituelle : passage à la grelinette, élimination des adventices, mise en place d’une bonne couche de compost, puis binage pour mélanger et ratissage.

 

Logo Oiseau en hiver
Le bilan 2009

La fin de la saison est arrivée. Le potager ne nécessite plus beaucoup de temps.
Nous mangeons les dernières courgettes conservées au cellier. La production de courges, potimarrons et pâtissons est à peine entamée. Nous avons découvert que les potimarrons sont bien plus gouteux dès lors que l’on conserve leur peau pour les cuisiner. Le goût de châtaigne est ainsi renforcé.

Les derniers travaux

Le potager en novembre

L’abondance des feuilles mortes est une opportunité pour le jardinier qui souhaite apporter de l’humus à sa terre.
Le potager en novembre
Ainsi, nous avons récupéré des feuilles de tilleuls, charmes, châtaigniers, etc. dont nous recouvrons le sol sur une épaisseur d’une bonne vingtaine de centimètres.

Le potager en novembre     Le potager en novembre

Puis, l’hiver est arrivé et un tapis blanc est venu s’installer.

Le potager en décembre     Le potager en décembre

Le bilan de la saison 2009

• Les taupes
Une saison tranquille pour les taupes, sauf pour celle qui s’est aventurée dans nos platebandes en mai. L’une de ses consœurs s’en donne à cœur joie en ce mois de novembre, espérons (pour elle) qu’elle aura quitté les lieux au printemps.

Chasse aux taupes Taupe

 

• Les points positifs
– Les purins d’ortie et de consoude que nous avons confectionnés et utilisés tout au long de la saison, ont été très bénéfiques pour nos différentes cultures.
– Le mélange eau + savon noir s’est avéré efficace contre les pucerons.

 

• Les points négatifs
– L’arrosage : Nous avons été trop pingre… et nous avons perdu des salades qui sont montées et des tomates qui n’ont pas mûri en fin de saison. Par ailleurs, nous n’avons pas été assez régulier dans nos apports d’eau.

 

• Les certitudes
– Savoir choisir des variétés précoces et ayant un cycle végétatif court mieux adapté au climat de moyenne montagne. Cela permet de conduire à terme la production en cas d’automne précoce (tomates notamment).
Il est à noter que pour le verger, il faut choisir au contraire des variétés tardives pour éviter que les fleurs ne soient brulées au cours d’un printemps encore hivernal.

 

• Les incertitudes
– Jardiner avec la lune : Nous ne nous sommes pas vraiment calés avec ses cycles, donc il est difficile d’avoir un avis. La saison prochaine nous essaierons d’être plus précis.

 

• Les variétés sélectionnées
– Haricot nain : « Delinel » de Vilmorin.
Semence de haricots nains Delinel
Ce haricot, aux très longues gousses vertes, est une variété à filets sans fil ; il supporte quelques jours d’attente pour sa cueillette. Sa production généreuse et échelonnée est succulente fraîche ou congelée.
A semer en poquets espacés de 40 cm en tous sens, 4 à 5 grains par trou. Binez une première fois quelques jours après la levée et une deuxième fois dès que les plantules ont atteint 10 cm. Buttez légèrement les pieds. Résistant à l’anthracnose et à la mosaïque.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *