Essai de la Victory Cross Country 2011

Logo Victory

La société Label Occasion (Limonest 69) a bien voulu me confier une Victory Cross Country pour une journée afin que je puisse réellement faire connaissance. Il s’agit d’un modèle 2011 « stock » simplement équipé d’un Sissy-Bar et affichant un peu moins de 6000 kms au compteur.

 

Victory Cross Country - 2010  Victory Cross Country - 2010  Victory Cross Country - 2010  Victory Cross Country - 2010

Si Victory vise au travers de ce modèle la clientèle de la Harley-Davidson Street Glide, il n’en a pas fait une copie mais a su lui donner un identité personnelle mélangeant force et fluidité. Les choix techniques effectués donnent à cette moto des qualités dynamiques et de confort qui correspondent aux standards actuels (moteur moderne, cadre moulé et bras oscillant en aluminium, fourche inversée de gros diamètre, suspension arrière pneumatique réglable, étriers de freins Brembo, ordinateur de bord, régulateur de vitesse, etc.).

En selle : Si le gabarit est imposant (longueur 2,90 m et largeur 90 cm), la prise en main est immédiate car la position de conduite est naturelle et la moto bien équilibrée. De plus, avec une selle qui culmine à 67 cm du sol, les pieds sont posés bien à plat lors des arrêts ou manœuvres. Il me faudra simplement faire attention quelques instants à la commande des clignotants (un seul bouton à gauche) et au levier de changement de vitesses (pas de double sélecteur) différents de l’Heritage Softail Classic. Ce dernier point peut être facilement corrigé par l’installation d’une option très simple.

L’essai commence par un bout d’autoroute (Limonest – Belleville sur Saône), puis par la départementale (Belleville sur Saône – Beaujeu) et enfin par la même départementale (Beaujeu – Col des Echarmeaux) avec sa fameuse montée au col.
Il se poursuit en duo avec madame sur les petites routes autour du col et se termine par le retour toujours en duo via la Vallée d’Azergues.

Victory Cross Country - 2010  Victory Cross Country - 2010  Victory Cross Country - 2010

Commençons par ce qui fâche : Si le buste est bien protégé, la tête l’est beaucoup moins. Avec la visière ouverte, les insectes viennent s’écraser directement sur votre nez et dès 110/120 km/h, beaucoup de turbulences apparaissent sur le casque. Le court pare-brise qui surmonte le carénage est esthétique mais trop court (problème trouvé également sur la Street Glide). Une option de pare-brise plus haut corrigera ce problème pour ceux, qui comme moi, font du tourisme avec leur moto.
En second lieu, le bruit perçu par le pilote me ramène dans le monde BMW R1200 RT. Il se limite aux bruits de fonctionnement du moteur sans le côté « crapuleux » qui fait le bonheur des pilotes de Harley-Davidson. On ne conduit plus à l’oreille car il faut consulter le compte-tour et l’affichage du rapport engagé pour savoir où l’on en est.
In fine, je regrette l’apparition de pièces réalisées en plastique ou en plastique chromé comme sur certains cruisers japonais.

L’avis de madame : Très belle ligne, confortable pour la passagère avec une selle large et moelleuse et un Sissy-Bar bien conçu. La place n’y est pas mesurée et aucun remous d’air particulier n’affecte le plaisir de rouler.
A noter que ce Sissy-Bar équipé ou non d’un porte paquet se pose et se dépose en un tour de main, sans outil. Il existe également un Tour-Pak équipé d’un dossier, de deux haut-parleurs et d’un feu à leds, en option.

Victory Cross Country - 2010  Victory Cross Country - 2010

De mon point de vue, l’ensemble est très positif : Nous avons là un cruiser efficace plein d’allant qui s’inscrit facilement dans les trajectoires. La garde au sol permet des prises d’angle parmi les meilleures de la catégorie. La moto freine bien, en ligne et l’ABS avec commande intégrale prévu en 2012 apportera le supplément de sécurité que chacun recherche maintenant. La suspension du modèle essayé était réglée un peu dure pour permettre aux clients d’avoir une tenue de route sans reproche lors des essais, mais cela s’adoucit sans difficulté grâce au réglage pneumatique.
Rouler avec ce cruiser est un vrai plaisir (abstraction faite du bruit perçu par le pilote, mais là, cela n’engage que moi) tant le moteur est agréable et efficace. Il tracte bien, accélère avec vigueur et volonté et délivre dans une ambiance feutrée tout son potentiel. A vitesse stabilisée, il ronronne doucement sur de sa puissance. Utilisé entre 2500 et 4500 tours/mn, ce moteur est parfait. Mais comme tous les moteurs modernes, il est castré par les normes anti-pollutions en vigueur, l’idéal étant qu’il soit bien plein dès 1800 ou 2000 tours/mn : il faut donc le libérer un peu en installant un stage 1 qui vise à améliorer la veine gazeuse (admission et échappement) et le ratio air/carburant, le tout mis en musique par une cartographie adaptée.

Victory Cross Country - 2010  Victory Cross Country - 2010

En conclusion : Victory a su créer un cruiser moderne, efficace et confortable (surement le meilleur sur le marché à ce jour), en introduisant quelques ingrédients propres à faire du pieds aux bikers du monde Harley-Davison (V-Twin, chromes, look général).

Si vous n’avez jamais piloté une Harley-Davidson et que vous recherchez un cruiser, c’est à dire une moto basse, pas trop volumineuse, stable à toutes les allures et dotée d’une agilité insoupçonnée, avec du caractère et capable de vous emmener en voyage dans d’excellentes conditions de confort et de chargement, c’est bien la Cross Country qu’il vous faut (avec un pare-brise plus haut, un Sissy-Bar/Tour-Pak amovibles et une marche arrière).

Si vous venez du monde Harley-Davidson, vous ne retrouverez pas le son et les caractéristiques « moteur » qui vont avec, ni d’ailleurs le côté Old School. En effet, le Big Twin H-D est à 45°, à course longue (Alésage x Course 95,3 mm x 111,1 mm pour le TC96), avec des soupapes actionnées par poussoirs, tiges et culbuteurs. Sa particularité est d’avoir un vilebrequin à un seul maneton où les deux bielles sont reliés pour la première en fourche et pour la seconde de manière classique, ce qui permet aux cylindres d’être en ligne. L’angle de calage à 45° fait que les pistons n’opèrent pas à intervalles égaux, c’est ce qui produit le fameux son « Potato-Potato ». Celui de la Victory est à 50°, presque carré (Alésage x Course 101 mm x 108 mm) et les pistons opèrent à intervalles égaux, ce qui donne un son classique de V-Twin. Par contre, vous trouverez dans la Cross Country des qualités dynamiques supérieures à celles connues dans le monde Harley-Davidson (avec un peu de plastique aussi).

J’ai hâte d’avoir l’opportunité d’essayer cette Cross Country équipée d’un stage 1.
Un grand merci à Label Occasion pour son accueil.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

2 réflexions sur « Essai de la Victory Cross Country 2011 »

  1. Tissot Erik

    Bonjour,
    J’ai une Victory Cross Country Stage 1. Je suis dans le golf de St Tropez. Je fais de la moto depuis + de 35 ans et je peux juste vous dire que cette moto est une vraie moto frein présent, tenue de route impeccable, confort d’un autre monde et pour les Runs les Harley me sente le cul à tout les tours. Je ne me fais pas que des amis mais une Harley reste quand même un tréteau.
    A bon entendeur.
    Ps A traiter avec l’humour qu’il se doit.

  2. JP Lyon Chapter

    Salut Michel,

    Un essai comparatif « objectif/subjectif » HD Stret Glide 2011 ou plus because 103ci vs Victory Cros Country serait intéressant.
    Il te reste à tester la Street Glide.

    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *