La vigne Ampelia® Perdin

Vigne

De la famille des Vitacées, la vigne mérite d’être cultivée pour ses grappes de fruits généreuses, tout autant que pour son intérêt décoratif. En effet, son joli feuillage découpé, se pare du plus bel or en automne.
La vigne s’accroche seule à son support (piquet, treille, ou espalier) grâce à ses petits crampons et aime les situations bien ensoleillées.
La nature des sols l’indiffère, peu gourmande, la vigne préfère même une terre sèche et caillouteuse. Cette variété « Perdin », produit de grande grappe d’environ 200g, assez lâche, à baie elliptique, blanche dorée. Très gustative, les baies sont juteuses et savoureuses.
Particulièrement précoce et résistante, cette variété s’acclimate parfaitement dans notre territoire où il faut la planter au soleil. Elle ne présente pas de faiblesses particulières aux maladies de la vigne. D’une grande fertilité, cette vigne accepte tous les types de tailles.


Vigne

La variété Ampelia® Perdin est une obtention de Logo INRA

Vous pouvez voir sa fiche technique >>> Logo PDF

Plantation

Dans notre haut beaujolais, autour de 600m d’altitude, nous avons choisi de planter notre unique pied de vigne au potager contre notre mur en pierres orienté sud-ouest.
Nous effectuons la mise en place en octobre 2005.

Taille de formation

Nous avons décidé de conduire notre pied de vigne sur la base dite du « Cordon de Royat », que nous avons modifié à notre convenance.
D’abord utilisé pour la production de raisin de table, le cordon de Royat s’est imposé par ses qualités en Champagne, en Charente, ou en Languedoc notamment. Au cours des années de formation, on plie le vieux bois à hauteur du premier fil, en formant un angle proche de 90° avec la première partie du tronc. On vient ensuite tous les ans sélectionner 4 à 5 coursons situés sur le haut du vieux bois à l’horizontale.
C’est la méthode que nous avons pratiqué durant les 3 premières années (2006, 2007 et 2008) pour obtenir, non pas un ou deux cordons, mais six cordons opposés deux à deux.
Vigne
Il nous reste à voir ce que cette méthode donnera dans le temps.
La taille Royat donne un rendement moindre avec des grappes plus petites que la taille Guyot. Malgré ce rendement moindre, nous avons choisi la taille Royat pour deux raisons :
– La première raison, car la qualité de la production est meilleure.
– La seconde raison est d’ordre climatique, car dans notre coin, les gelées printanières (fin avril ou début mai) sont courantes et constituent un réel problème de récolte. En effet, même si des bourgeons de remplacement existent, les nouvelles pousses ne donnent presque plus que de la feuille en taille Guyot. La taille Royat par contre permet une taille tardive et de fait un débourrement (sortie des bourgeons) également tardif, limitant ainsi les risques liés aux gelées printanières. De plus, le vieux bois peut « rejeter » et assurer ainsi une petite récolte en cas de gelées hivernales sévères.

Taille annuelle de fructification

La méthode doit respecter le mode de fructification de la vigne, le raisin n’apparaissant que sur du bois de l’année en cours.

La taille d’hiver :
Nous la pratiquons à trois yeux.
La taille en vert ou d’été :
L’ébourgeonnement : Il concerne les pousses qui se forment à partir des bourillons (petits yeux stipulaires), ou d’yeux mal éborgnés. On agit alors rapidement dès que les pousses ont entre 5 et 10 cm de longueur, si l’on désire obtenir des coursons normaux ne comportant que deux sarments, le fructifère et le remplaçant.
Le pincement : Courant juin, nous pinçons le sarment fructifère au-dessus de la deuxième feuille qui suit la deuxième grappe de fleurs. Lorsque la floraison est passée, le remplaçant est pincé, selon sa vigueur, à 40 à 50 cm de longueur.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

5 réflexions sur « La vigne Ampelia® Perdin »

  1. Michel Auteur de l’article

    Bonjour,

    Les causes peuvent être multiples et plusieurs causes peuvent intervenir simultanément.
    Seul un spécialiste de la vigne peut résoudre votre problème et je pense en se rendant sur place.
    Cordialement.

  2. jean paul Morin

    Bonjour,
    J’ai une vigne Perdin planté auprès d’un mur à l’ouest en 2001 dans le loir et cher prés de Blois à Mer
    Elle m’a bien produit jusqu’en 2012. En 2012 j’ai fait monté 3 tiges en treille sur une pergola.
    En mars 2013, il y a eu beaucoup de fleurs qui ont toutes avortées. même chose les années suivantes.
    En 2016 en octobre , j’ai enterré les tiges qui montaient à la pergola pour les marcotter et j’ai séparé du pied mère en décembre 2017.
    Cette année, 2018, de nouveau de belles fleurs en fin mars avril. Mais ces fleurs ont de nouveau avortées.

    Qu’en pensez-vous.
    Comment dois-je taller ma vigne pour Eviter la coulure des fleurs.MERCI de vos conseils.

  3. Michel Auteur de l’article

    Bonjour,
    Durant les premières années, ce pied de vigne s’est bien développé et a progressivement apporté une belle récolte bien gustative, et ce, malgré mes imperfections dans sa taille que j’ai mis deux ans à maîtriser.
    A ce jour, nous résidons dans le Sud et ce sont les enfants qui suivent moins rigoureusement cela. Le développement du pied est achevé et la taille, parfois aléatoire, est une taille de production.
    Je n’ai malheureusement pas de photo.
    Bien cordialement.

  4. Mas

    Bonjour Madame,

    C’est avec beaucoup d’intérêts que j’ai parcouru cet article . Ayant un projet de viticulture, je souhaiterai savoir si la variante du Cordon de Royat a « porté ses fruits » : en termes de qualité, grosseur des baies, rendement, avantages et inconvénients….Auriez-vous des photos svp des différentes phases de la taille et de l’évolution au cours des années.

    Merci d’avance pour votre retour d’expérience

    Bien Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *