Le compostage

Le rapport Carbone/Azote (C/N)

Pour faire du compost, il ne suffit pas de mettre n’importe quelles matières organiques dans un bac ou sur un tas. Il faut faire attention aux quantités de Carbone et d’Azote apportées.
Dans la pratique : Une part de déchets verts, mous et humides (Azotés) pour une part de bruns, durs et secs (Carbonés). Il vaut mieux avoir un peu trop de carbone mais une bonne structure. En effet, si le tas se tasse de trop, une fermentation (pourriture) apparaîtra, d’où des mauvaises odeurs et un ralentissement du processus.
Ce rapport C/N va influencer le bon développement des organismes vivants du compost. La source principale d’énergie pour les bactéries étant le carbone, son apport ne doit pas être négligé.

Compostage, c’est notre méthode aujourd’hui

Compostage

Nous utilisons un composteur Juwel Bio 400
Sa contenance est de 400 litres et ses dimensions de 74cm x 74 cm, h = 84cm.

Cette méthode de compostage n’est pas très commode, de notre point de vue.

Donc pour l’instant, nous sommes perplexes sur la ou les bonnes méthodes à utiliser.

Les déchets utilisés
Nous mettons dans notre bac de compostage, les déchets ménagers (épluchures de fruits et de légumes), les déchets du potager (adventices avec leurs racines suite à nos travaux de sarclage, fanes et racines de légumes récoltés, un peu d’herbe tondue dans l’allée du potager). Nous y plaçons également des branches et tiges broyées (taille des framboisiers, muriers, noisetiers, fruitiers, etc.), feuilles mortes, coquilles d’œuf, marc de café, parfois du papier ou du carton non plastifié et non imprimé.
Le tout est tenu humide avec de l’eau de pluie ou de source (l’eau du robinet convient également mais elle contient du chlore). Nous complétons par un ou deux arrosages au purin d’orties durant la saison.

L’aspect pratique
Une fois plein au 3/4, le bac de compostage commence à montrer des signes de faiblesse et les parois s’écartent lentement.
Tenter de retourner et mélanger le contenu n’est pas aisé car il faut travailler par le haut du bac, et, une fois les déchets tassés par le temps c’est quasiment impossible sans risquer d’éventrer l’ensemble.
Par ailleurs, la récupération du compost mûr par la trappe n’est facile que pour quelques pelletés.
C’est la raison pour laquelle nous démontons le bac de compostage, une fois l’an en début de saison.
En sus, nous ne trouvons pas que la production de compost mûr soit très rapide. Mais peut-être sommes-nous en cause ?

Compostage

Remarques
Pour ce qui concerne la tendance fâcheuse de notre bac de compostage à s’ouvrir tout seul dans le temps, la solution pourrait être de le remplacer une fois usagé par un bac de forme pyramidale, ainsi les forces exercées par les déchets sont dirigées principalement vers le bas. Cela ne résout pas le problème du brassage des déchets.
Compostage

La solution fonctionnelle existe, mais à un coût prohibitif à notre notre avis (500 à 600 €). Il s’agit de bac de compostage du type Juwel Rototherm 700 équipées de vis sans fin que l’on manœuvre avec une manivelle pour brasser les déchets.

A savoir
– Si des fourmis sont présentes en grand nombre dans votre bac de compostage, c’est un signe que votre compost est trop sec ou trop acide. Ajouter un peu d’eau ou un mélange chaulé, là où les fourmis se sont rassemblées.

En pratique, par temps sec, à chaque apport de déchets il faut humidifier le compost et le brasser afin de maintenir de bonnes conditions de dégradation.

Si votre morphologie le permet et si la hauteur de votre composteur est compatible, vous pouvez « pisser » dans ce dernier au lieu de courir aux toilettes, cela ne sera que bénéfique (à éviter si vous prenez des médicaments).

Petite fourche Revex

Dans un Agri Sud-Est, nous avons enfin trouvé l’outil pratique pour brasser et retourner le compost à l’intérieur du composteur.
Il s’agit d’une petite fourche à rosier fabriquée par Revex. Sa petite dimension associée à ses trois dents forgées et spatulées en font un outil adapté à cette tâche.

Lombricompostge (vermicompostage)

Le lombricompostage permet de fabriquer deux produits très intéressants :
– le lombricompost, qui est un amendement organique à texture fine très riche en nutriments.
– le jus de compost ou thé de compost. Il s’agit d’un liquide de couleur foncée qui s’accumule dans le fond du bac au fur et à mesure du travail des vers. C’est l’équivalent d’un engrais. On l’utilise en dilution pour nourrir les plantes : 1 volume de jus pour 10 volume d’eau.

Nous commençons à étudier cette méthode, en complément de notre compostage habituel. Mais est-ce vraiment plus simple ?

Lombricompostage

Les lombrics
Première biomasse du sol, les vers de terre sont identifiés dans 13 familles et plus de 5 000 espèces décrites.
Les gros vers de terre que nous trouvons au potager (surtout en bêchant) ne sont pas utilisables pour le compostage. Ce sont des laboureurs du sol qui vivent généralement à plus de 20cm de profondeur. Les lombrics de compost sont des vers de surface qui se trouvent à maximum 10cm.

Les vers utilisés pour le lombricompostage sont principalement :
– Eisenia foetida : c’est le « ver du fumier ». Rouge tigré de gris ou de jaune, ils préfèrent les matières en décomposition. On l’appelle aussi « ver tigré ».
– Eisenia endreï : c’est le « ver de Californie ». De couleur très rouge, ils préfèrent quant à eux les matières fraîches. On l’appelle aussi « ver rouge ».
Eisenia Foetida
Les lombrics sont gloutons, ils mangent entre 1/2 et 1 fois leur poids par jour. Ils aiment être au calme et à l’obscurité. La température doit avoisiner les 20°C (entre 15 et 25 degrés).
Ils se reproduisent également beaucoup. Un seul lombric peut avoir sans problème une famille de 500 descendants en un an.

Les déchets utilisés
Les vers mangent tout ce qui est organique, les épluchures de fruits et de légumes, les restes de repas crus ou cuits, le marc de café avec le filtre, les sachets de thé, les cheveux et les poils d’animaux. Les vers de terre n’ont pas de dents, ils faut donc éviter les matières trop dures (tiges dures, os, etc.). Les vers n’apprécient pas non plus les déchets de viande car ces derniers produisent de l’ammoniac que les vers fuient. Ils ne sont pas trop friands non plus des produits laitiers, ne pas en incorporer de trop.
Les vers mangent aussi les matières carboniques, telles que le papier et le carton, les coquilles d’œufs, la sciure.

L’aspect pratique
Lombricompostage
Lombricompostage
Les lombricomposteurs proposés dans le commerce sont en général dotés de plusieurs bacs, placés verticalement ou horizontalement. Des systèmes à un bac existent également.

Comparatif en l’état de nos connaissances
Compostage Lombricompostage
Points forts
– Compost de bonne qualité
– Ne craint pas le gel
– Suivi en cours de saison limité (sauf humidité)
– Tri simplifié des déchets
Points faibles
– Brassage des déchets difficiles sans démonter le bac
– Délai de production du compost plus aléatoire (fonction de le température extérieure, des types de déchets organiques)
– Récupération peu aisée du compost mûr sans impuretés par la trappe
Points forts
– Compost de très bonne qualité (exempt d’impuretés)
– Production de jus de compost (angrais liquide)
– Aspect pédagogique de l’élevage si l’on aime ce type « d’animaux de compagnie »
Points faibles
– Doit être entré à l’intérieur en hiver
– Tri plus sélectif des déchets
– Oblige à un suivi très régulier de la vie des vers (humidité, état des déchets notamment azotés, présence de mouches)
– Alimentation régulière des vers (attention aux absences prolongées)

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

3 réflexions sur « Le compostage »

  1. Michel Auteur de l’article

    Bonjour,

    Pour l’instant, j’utilise toujours un composteur en plastique basique, pas très solide, de plus la communauté de commune vient de nous fournir les mêmes à un prix subventionné.
    Donc pour l’instant pas de changement.
    Votre remarque sur les composteurs tournant ou à tambour est exacte car ces derniers permettent un brassage régulier qui reste difficile sans éclater le composteur avec les modèles classiques.
    La marque Mantis en propose un sous la référence « ComposT-Twin » à un prix élevé mais le résultat est rapide et de qualité >>> http://mantis.fr/mantis-compost-twin.asp
    Cordialement.

  2. Franz

    Bonsoir,
    Je lis votre billet déjà ancien. Pour votre fût, un conseil : remplacez-le par le fût Miko (très difficile à trouver sur Internet, je crois que c’est une fabrication anglaise sans site en français). Un lien qui le montre : http://www.donceel.be/environnement.php?id=3. Le prix indiqué de 48€ est un prix subsidié. Dans le commerce, je l’ai trouvé à environ 70€ il y a deux ou trois ans. La porte inférieure ne permet pas de récolter le compost, seulement d’en vérifier la maturité. Il faut démonter le fût chaque année.
    Mais j’entends depuis deux ans dire du bien des composteurs à tambour (une technique ancienne dans les fermes de montagne). On parle d’une bonne centaine d’euros, mais on récolte le compost en deux à quatre semaines.
    Bon compostage !

  3. economiser

    Merci pour ce billet très intéressant sur le compostage! Car en effet avoir un bac à compost, ca ne suffit pas! Il faut aussi s’en occuper quand meme un minimum de son compost sinon c’est sur que ca mettra beaucoup plus de temps…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *